Le moulin
Le moulin

Que faire quand on est passionné de moulins, mais que l'on n'en trouve pas à restaurer ?

Eh bien, on en construit un ! Tout simplement

L'histoire débute en 1984 et va emmener la famille Français dans une incroyable aventure humaine. Sous l'impulsion du chef de famille, Serge, le rêve va peut être devenir réalité.

"Mais au fait, dis-moi papa ! Comment bâtir un moulin ?"

La réponse à cette question demeure quelque temps sans réponse. En effet, il n'existe pas de plan, ni de marche à suivre. Alors comment faire ?
Qu'à cela ne tienne, il leur suffit d'aller en visiter plusieurs et de s'en inspirer. Une fois les bagages faits, direction le Sud et les vieilles pierres du moulin d'Alphonse Daudet, puis le Nord du Médoc avec le moulin de Vensac.

Dans la tête du patriarche, les idées commencent à germer. Le Moulin de la Chataignière allait voir le jour. L'emplacement du nouvelle édifice est tout choisi. Le coeur de la propriété familiale allait accueillir le géant de pierres et de toiles. les premiers coups de pioches sont donnés dans le milieu de l'hivers 1984.

Malgré la pluie et le froid, la volonté de chacun ne faiblit pas. Le moulin sortait de terre. "C'est une histoire de fou !" n'hésitaient pas à dire certains en passant devant la propriété familiale de Périssac. A quelques mètres de la petite route, les maîtres d'oeuvres, indifférents au qu'en-dira-t-on poursuivent leur tâches.

Le chantier est maintenant commencé, la seule alternative à présent est de terminer à tout prix. La tour, peu à peu, prend de la hauteur. Les engins de terrassement s'activent autour du monument. A cette occasion, ce sont des milliers de mètres cubes de terre qui seront déplacés. Le travail est long et difficile.

Les saisons passent et repassent, mais bientôt les travaux de maçonnerie s'achèveront et l'hivers de l'année 1987 viendra recouvrir de son beau manteau blanc, la tour de vieilles pierres. Alors moulin, maintenant que tu es bien couvert, nous te laissons te reposer le temps que revienne à nouveau, dans quelques mois, les beaux jours et la chaleur du printemps.

Il est alors temps de se consacrer aux travaux de charpenterie. En atelier, l'ensemble de l'ossature en chêne est débitée puis assemblée, avant d'être remontée en extérieur sur la tour du moulin. Etant donné le poids colossal de certaines pièces de bois et notamment le gros axe qui entraînera plus tard les engrenages, toutes les bonnes volontés sont réquisitionnées. Une fois les 7 tonnes de boiserie en position sur la tour, les 7000 bardeaux en châtaignier viendront couvrir le moulin et assurer ainsi sont étanchéité. Après cette étape, il ne restera plus qu'à installer tes ailes pour que ton costume soit enfin achevé.

Voilà 20 ans qu'ils y consacrent leurs week-end et leurs vacances. Vingt ans qu'Huguette, Serge, Laurent et Yannick Français et leurs amis se sont lancés en bloc dans l'aventure. Un rêve fou qui n'a pas manqué d'alimenter les conversations au village. "Comme ça, il verra sa connerie tourner", disaient les plus médisants.

Aujourd'hui ce sont les plus médusés. Car le moulin est bien là. Un petit bijou qui trône sur les hectares de ce que l'on appelait autrefois le coin des chasseurs. Autant dire que la famille Français en aura vu de toutes les couleurs pour défricher et réaliser ce qui est devenu un petit écrin de verdure pour accueillir le petit bijou de moulin.

Son moulin tout d’abord, n’est pas un moulin ancien, mais il a la particularité d’avoir été construit en pierre, en respectant avec minutie toutes les données anciennes, aussi bien dans la toiture pivotante et de ses ailes munies de toiles de lin quand il tourne, que de l’aménagement intérieur du moulin et de ses engrenages.

Dernière mise à jour - Avril 2015